11-3-2018 des regards, des sourires et du Beaufort

La première course, la première médaille, on s’en souvient comme des premières amours. Arthur Bauchet était si heureux hier que son sourire ne le quittait pas. Bien après avoir reçu la médaille sur le podium, il souriait encore, tout en gardant de l’humour sur lui-même: « Déjà, la maladie, ça fait trembler, mais alors là, avec les émotions, c’est encore pire » (voir la vidéo).

Ce matin, il a remis ça le gamin. Seconde course, seconde médaille. Je ne sais pas s’il a tremblé, il a sans doute fait une faute ou deux. Mais il a encore été deuxième. Peu de temps après la course, il a sauté dans les tribunes pour voir sa famille, la famille Bauchet.  B.a.u- pas B.o-. Embrassades entre frères sous les yeux de la famille Bochet B.o.

Car la joie de la tribu Bochet ne s’épuise pas dans la victoire de Marie. Même si forcément depuis Arêches, Beaufort ou Villard-sur-Doron, on n’a d’yeux que pour elle.  Cette joie n’est pas exclusive. Elle se partage. Il en reste pour la médaille d’Arthur et pour celle de Fred. On l’a vu, on l’a senti, le matin lors des courses, le soir à la cérémonie des médailles.

Deuxième médaille d’or pour Marie Bochet.

Deuxième médaille d’argent pour le cadet de l’équipe Arthur Bauchet, et médaille de Bronze pour le plus ancien Frédéric François. 24 ans les séparent. L’âge de Marie.

Ce qui est important dans la médaille, ce n’est pas la médaille, c’est ce qu’elle révèle. Ce qui compte, c’est ce que l’on voit sur place, que la télé ne montre pas, ce que les tweets qui égrènent les classements ne perçoivent pas, ce que les images, même les plus professionnelles ne peuvent saisir. On a vu des regards, des sourires. Et ce qu’on a vu, ce sont des sourires de joie non pas pour la médaille, mais pour le plaisir que l’on avait pour la personne qui l’a emportée. La joie pour Marie, pour Arthur, pour Frédéric.

Tout l’inverse des titres de presse qui titrent sur les titres, et le reste basta.

Capture d'écran 2018-03-11 21.39.15

L’Équipe titrait, à 8h16 (soit une dizaine de minutes plus tôt que la veille et 4 heures après Le Monde): « Bochet encore en or ». Oui, et alors?

Ce qui compte, ça n’est pas le métal. C’est ce qui se joue entre les personnes autour de ce métal. Il y a l’or qui se garde au coffre et l’or qui s’offre. Ici, les médailles, si on regarde bien, produisent surtout des regards, et des sourires. Et ces regards, ce sont des regards d’amour. Marie qui échange des regards avec Jeanne, perchée sur les épaule d’Hugo, qui balaie des yeux ceux de la tribu qui sont là. Au total 24 personnes qui ont fait 24 fois 9046km à vol d’oiseau long courrier, soit 217104km pour être là, simplement là, pour qu’elle puisse poser les yeux sur eux et qu’ils puissent en retour échanger leurs sourires. La valeur de la médaille vient de cette émotion bien plus que de la hiérarchie dont elle est censée rendre compte. Sa valeur tient dans la main d’une petite fille qui la soupèse. Autour de cette petite fille, les regards se mouillent, celui du père, de l’ami, de l’entraîneur…MArie-Bochet-coeur-des-emotions

Elle vient, cette valeur, de l’amour qui traverse les regards portés sur Marie et qui n’ont rien à voir avec la comptabilité. Même si, forcément, ça soude de se retrouver ensemble à attendre Marie, Arthur ou Frédéric, de les applaudir ensemble, de sourire de leur joie et d’être heureux de la joie des autres autours.28939276_10156387403353028_330009355_o

Mais la valeur de cette médaille est aussi celle du bus à trouver dans le froid pour arriver à l’heure, celui du décalage horaire, celui du stress, celui de la fatigue des journées qui n’en finissent plus et où on a beau manger des pâtes dès le matin on finit par s’effondrer dans les tribunes.

28944068_10156387400358028_880045995_o

Cette valeur de la médaille, réside encore dans le partage qu’elle permet plutôt que dans la hiérarchie qu’elle symbolise.

Après sa victoire du matin, Marie s’est réjouie d’un morceau de Beaufort.

Du Beaufort aussi sont nés des sourires, de complicité. Transporté depuis les montagnes où Marie a commencé a skier, où vit une bonne partie de la tribu, le fromage a été partagé autour de Marie.

La valeur qu’elle a aux yeux des membres de la tribu ne vient pas des médailles qu’elle collectionne mais de la force de ce partage.Marie_Bochet-Medaille-Or-Beaufort
Capture d'écran 2018-03-11 22.41.03

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

5 commentaires sur “11-3-2018 des regards, des sourires et du Beaufort

  1. J ai été supporté Marie à Vancouver puis à Socchi maintenant à l autre bout du monde en Corée Ici l information est au top grâce à notre blog . Ne lisez plus l’Equipe ou d’autres journaux les seules vraies et réelles informations sont écrites par notre grand et magique Philippe. Nous avons failli le perdre des le premier jour puisqu’il a été hospitalisé en Corée mais même sur son lit d hôpital il a pensé à la tribu et n a pas manqué de vous donner de nos nouvelles. Que je vous rassure il est de nouveau parmi nous et ses articles sont de plus en plus émouvants et pleins de réalités rien n’est inventé. Lisez le sans modération . Pour le reportage vidéo prenez le temps de regarder les magnifiques films produits par Maelys qui sont aussi beaux qu elle est belle

    Aimé par 1 personne

  2. Avec François, de retour hier d’un voyage en mer dans les fjords de l’extrême nord norvégien, en rando à ski, notre première connexion à Tromso a été pour Marie. C’était moins de 8h après la descente. Personne n’a du comprendre nos sourires et nos gestes: merci à vous tous et à ce blog qui dit si bien l’amour et le partage que vous vivez. Merci pour la joie que nous vivons aussi .
    Maintenant nous sommes dans le Beaufortain où le Beaufort a lui aussi été médaillé d’Or. Nul doute que les meules de cette semaine magique auront une saveur à nulle autre pareille.Et chacun de voire fleurir sur le fronton de la ferme, et en direct ,les énormes médailles dessinées par Nicolas.

    Florence et François.

    Aimé par 1 personne

  3. Super Article… Trop beau ! C’est génial d’avoir « l’envers du décors » et qui montre l’ambiance chaleureuse de ces jeux ! Merci beaucoup !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s